Bilan-s annuel-s

28 décembre 2015

 

Les trois années qui se sont écoulées depuis le tournant de ma vie, méritaient bien quelques mots.

 

2013. Année aussi belle que terrible, à la fois la pire et la meilleure.

Le nouveau-né, en venant au monde, accomplit ce qu’il y a de plus beau, tout en éprouvant une grande douleur : c’est la métaphore de ma propre vie, inspirée par 2013.

2013 a connu un grand départ et une grande arrivée ; ils se sont d’ailleurs suivis de près l’un et l’autre. De si près que certains pans de ce constat indéniable m’échappent encore.

Pourtant, il en est ainsi : 2013 est l’année de ma remise au monde.

2013 est une année de guerre : une grande bataille de perdue, avec certains membres mutilés ; mais une victoire éclatante, une fois les armes rendues. Victoria.

 

2013

 

 

2014. Une belle année, elle aussi. Avec des doutes, des réflexions, des remises en question et des premières fois.

L’enfant est né, maintenant il fait ses premiers pas. Il lui arrive de chuter, cela fait partie du jeu. Il y a donc eu quelques chutes en 2014. Elles ont toutes permis à l’enfant de se relever, avec une maîtrise grandissante de la marche.

Les mutilations causées par la bataille de 2013 sont décidément bel et bien effectives sur le petit soldat. Il s’agit simplement de s’y habituer et d’adapter son existence de manière à ce qu’elles ne soient pas trop handicapantes. Un tel apprentissage s’acquiert petit à petit.

La victoire de la guerre de 2013 est tellement grande qu’il faut l’apprivoiser, elle aussi. Découvrir, grandir, apprendre, compter avec elle, même si elle engendre des doutes. Comprenez donc, on se doit d’être à la hauteur d’une telle victoire, d’être toujours digne d’elle.

L’incroyable lumière de cette victoire a brillamment rayonné en 2014. C’est ce qui en résulte, c’est ce qui la rend encore plus extraordinaire, puisqu’elle gagne toujours sur les doutes, sur les réflexions, sur les remises en question. C’est une victoire toujours victorieuse. Victoria.

 

2014

 

 

2015. Année intense à laquelle j’aurais voulu rajouter des heures. 2015 est allée vite, peut-être trop.

Ça y est, l’enfant marche bien. Il trottine même, quelquefois. Il apprend à grandir, avec tout ce que cela représente de choix et donc de renoncements.

En 2015, je découvre pleinement ma Foi et l’étendue des merveilles de Dieu dans ma vie. J’ai encore beaucoup à apprendre, mais je sais que cette Foi est indéboulonnable et j’en témoignerais à chaque instant si je le pouvais. Continuer de me laisser aimer par Dieu, voilà ma résolution pour la nouvelle année, parce que je trouve que cela me va bien au cœur et à l’âme. Ainsi, elle fait moins de vagues.

En 2015, j’ai dit adieu à des personnes qui ont pourtant compté. Certaines d’entre elles ne le savent d’ailleurs pas encore ou pas vraiment, mais cet adieu est sûr. C’est donc ça, le « tourbillon de la vie », être « emportée par la foule qui nous traîne et nous entraîne »… Il est certain que c’est fatigant, mais c’est le jeu, là encore.

Malgré la bataille perdue qui reste inoubliable et indélébile, la victoire est toujours là, chaude et lumineuse. On a pu la croire acquise et donc abaisser notre garde, mais elle a vite fait de nous rappeler à l’ordre. Finalement, ce n’est que pour la rendre plus belle encore. Elle l’était déjà tellement !

2015, c’est le sacrement de Confirmation accordé à la Victoire glorieuse. Victoria.

 

Victoria

 

Cute and colorful card on New Year 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *