Commémorations du 8 mai à Serris : un retour dans le temps historique

La ville de Serris, en Seine-et-Marne, a offert à ses riverains et visiteurs une surprise historique de taille : revivre du 7 au 10 mai, l’ambiance et les événements de 1945, en hommage aux combattants, résistants et alliés de la Seconde Guerre Mondiale. Témoignage d’une jeune serrissienne qui a vécu cela avec beaucoup d’émotion et de passion !

 

 

Un événement largement annoncé

 

En tant que patriote passionnée par cette période de notre Histoire, je fus agréablement surprise de lire, quelques mois auparavant, l’annonce de cet événement sur la page Facebook de Serris, ma ville. Sans trop savoir comment cela se déroulerait, nous allions nous préparer à replonger du 7 au 10 mai, dans le vif de l’inoubliable année 1945. Au fil des semaines, les éléments de communication se précisaient et se multipliaient : bien plus qu’un plongeon dans l’Histoire, nous allions vivre l’Histoire. Des chars, des reconstitutions de camps ennemi et allié et des reconstitutions de scènes de la World War II s’offriraient à nous. Une telle nouvelle m’a rendue d’autant plus fière de ma ville.
Les dates approchaient et je me tenais à l’affût, telle une grande enfant de 25 ans.

 

L'affiche de ces commémorations.
L’affiche de ces commémorations.

Un flash-back plus vrai que nature

 

Ce week-end-là, le temps fut complice de l’événement, permettant ainsi de mieux s’imprégner de notre passé immortel. Tout Serris était occupé, sans mauvais jeu de mots, par les héros de ces quatre jours : de très nombreux membres d’associations consacrées au devoir de mémoire, pour cette période. Ils avaient établi leurs campements dans l’un des champs qui entourent Serris. Ravitaillement et nuitées en adéquation avec l’hommage rendu : lits de fortune sous des tentes militaires minimalistes et le strict minimum en matière de nourriture ! Ces camps allemand et américain étaient ouverts au public, quelle que soit l’heure, dans la mesure du raisonnable. Avec beaucoup d’émotion, j’ai observé chaque habitude de ces soldats improvisés, qui m’ont fait l’effet de fantômes bienveillants et palpables. Le responsable de l’Association des Lufteaux, consacrée pour l’occasion à l’armée allemande, m’a détaillé l’utilité de certaines pièces de leur artillerie et de certaines attitudes. Il en a également profité pour rappeler qu’avec son équipe, ils ne sont « que » des amateurs, véritablement passionnés par cette période, et soucieux de perpétuer son Histoire auprès de ses descendants, et principalement des jeunes. Je constate à nouveau que la passion est capable de tout : grâce à celle de ces héros, on s’y serait vraiment crus ! Autant de véracité et d’authenticité ont bouleversé mon week-end et mon amour pour la France de 1945.

 

Le camp allemand, photo personnelle.
Le camp allemand, photo personnelle.

 

Ce qu’il y avait d’incroyable, c’est qu’avec leurs costumes militaires, leurs casques de parachutistes, leurs side-cars, leurs tanks, leurs petites robes longues 40’sIls ont réussi à me faire croire que la Libération allait de nouveau avoir lieu. Leur allégresse, leurs éclats de rire… Leur humeur de libérateurs, en somme, était dangereusement contagieuse !

Il y avait un « je ne sais quoi » d’inexplicable, d’intense, de festif qui flottait dans l’atmosphère serrissienne, durant ces quatre jours… Il y avait de la joie, comme le chantait encore Trenet en 45.

 

Trois résistantes ! Photo personnelle.
Trois résistantes ! Photo personnelle.

 

Dans tout Serris se sont succédés des éléments typiquement 40’s et spécifiquement 45 : un conseil municipal et un mariage en tenues d’époque, des musiciens-soldats écossais avec leurs vives cornemuses, des grands drapeaux français, britannique, américain fièrement arborés aux fenêtres (ils y sont encore !), de vieilles Cadillac tout droit sorties de leurs garages pour l’occasion, un bal populaire au son de Trenet et de Mistinguett, de retentissantes sirènes militaires, de vibrants véhicules, un défilé de la Libération avec ses chewing-gums américains… Je revois encore tout cela défiler devant mes yeux nostalgiques.

 

Photo personnelle de nos combattants !
Photo personnelle de nos combattants !

 

Le Rassemblement des Partisans, 9 mai, Place de l’Hôtel de Ville

 

Une telle reconstitution mérite bien un paragraphe entier. On nous avait informés qu’on ne pouvait pas le manquer et qu’il fallait prendre place bien à l’avance. Qu’est-ce-que cela pouvait bien être ? On nous avait parlé de scènes historiques reconstituées. Cela promettait d’être intéressant. En vérité, au-delà de l’intérêt, c’était bouleversant.

Il s’agissait bien de scènes historiques reconstituées, pour la forme. Mais au fond, cela dépassait la simple reconstitution. Réalisés par les membres des associations précédemment citées, ce sont les gestes, les expressions, les révoltes, les assauts de la France 39-45 qui défilaient devant nous. Du quotidien d’une rue française pavée avec ses vieux vélos, et ses femmes élégantes avec leurs longs manteaux et leurs gants, au combat du Débarquement, en passant par l’appel du 18 juin 1940 lancé de la voix de tonnerre du Général de Gaulle… L’essentiel de ce qui s’est passé d’heureux ou de difficile était vécu par ces hommes et femmes incroyables de sincérité. Les larmes me sont venues aux yeux de les regarder en me disant que ce temps des Patriotes est tellement loin mais pourtant tellement possible, grâce à la passion de gens comme eux et comme nous, qui partagions cela ensemble. Le film d’époque se déroulait sous nos yeux, mais nous aussi, nous étions le film, avec nos innombrables drapeaux tricolores, brandis pendant que ce Résistant plantait à nouveau au sommet de la mairie, leur version XXL.

 

"Paris humilié, Paris outragé, mais Paris libre !" Photo personnelle.
« Paris humilié, Paris outragé, mais Paris libre ! » Photo personnelle.

 

Des drapeaux que nous avons à nouveau dressé, pour répondre à l’invitation du Maire de Serris, heureux instigateur de ces quatre jours, de chanter la Marseillaise. La conclusion évidente de ce spectacle-réalité.

Grâce à ma ville et son admirable initiative, mon patriotisme et mon véritable amour pour la France sont régénérés. Grâce à tous ces anonymes ou non, je reprends espoir : il y a encore et toujours des Résistants Français.

Merci à Monsieur le Maire et tous les membres de la Municipalité de Serris d’avoir eu l’idée d’un tel cadeau pour notre ville, dont j’ai la chance de faire partie depuis bientôt un an. Merci à tous les membres de ces associations qui méritent un véritable plébiscite et une promotion immense pour nous avoir replongés dans la grâce, les tourments aussi, la beauté surtout, de cette époque. Merci à tous ceux qui, comme nous, ont participé et adoré ces commémorations.

 

Et surtout, plus que jamais, VIVE LA FRANCE !

 

Le lien vers la page Facebook 8 mai à Serris.

8 commentaires sur “Commémorations du 8 mai à Serris : un retour dans le temps historique

  1. Bonjour et ravie de vous retrouver sur mon blog !
    Merci pour votre beau commentaire et surtout, un grand bravo pour votre formidable performance de la semaine passée (déjà une semaine…!).
    Ce fut un merveilleux et inoubliable moment de vivre notre amour de patriotes pour la France, tous ensemble !
    A bientôt, j’espère !

  2. Merci vivement pour vos mots qui me vont droit au coeur !
    Bravo encore pour la belle portée de projets tels que celui-ci. Cela contribue à nous rendre heureux de vivre à Serris.
    Serrissiennement…

  3. Monsieur le Maire, vos compliments me touchent beaucoup et je vous en remercie vivement !
    De nouveau un immense merci également pour avoir eu l’initiative de ces commémorations si spéciales.
    Serris a de la chance !

  4. Bonjour,
    C’était moi le Résistant en haut de la mairie faisant le V de la victoire!
    Je suis moi-même un grand patriote (c’est d’ailleurs pour ça que je joue souvent le Résistant héhéhéhé) et cette journée nous a plu tout autant car les gens se sont vraiment intéressé et très agréable que ce soit dans les figurants que dans les spectateurs. Merci à vous pour votre article, merci à Serris de nous avoir fait vivre cette histoire, merci aux personnes qui étaient présentes.
    Que vive la France éternelle!

  5. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu votre commentaire. Et beaucoup de fierté. J’ai la chance de travailler auprès de Monsieur Philippe Descrouet, Maire de Serris, et passionné par son mandat et sa ville. Vous lire nous confirme que le but a été atteint: vous donner du plaisir et nous sentir appartenir à une communauté : les Serrissiens. Merci à vous pour votre témoignage.
    « Serrissiennement « …….

  6. Merci à vous pour cette élogieux commentaire. Je suis, nous sommes, très touchés. J’en profite pour remercier tous ceux qui ont oeuvré sur ce projet.
    Philippe Descrouet -Maire de Serris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *