Fille de l’Océan

Je suis fille de l’Océan ; de l’Océan Atlantique

En son sein, mon corps devient fluide, mon esprit prend le large

Ce sentiment d’avoir trouvé son port d’attache, c’est organique !

C’est là, et seulement là que j’abandonne toute charge

 

Comme l’enfant se réfugie dans les bras de sa mère,

J’accours vers ses vagues, m’avance dans son écume, me mêle à ses courants

Alors, l’Atlantique m’entoure, m’enfouit, m’enlève mes tourments

Et le reste, tout le reste ne m’importe guère !

 

Je suis fille de l’Océan ; de l’Océan Atlantique

Il m’appelle, me parle, m’écoute, me comprend

J’entends sa voix jusque dans le cri des goélands et dans le mugissement du vent

J’aime me sentir si petite à contempler ce spectacle cosmique

 

Il n’y a plus d’autre langage ni mouvement que celui de l’Océan

Je me nourris et me renforce de son odeur, sa musique et sa vue

Je me mets à rêver que je ne le quitterai plus

Ne serait-ce pas naturel que la Mer retrouve son enfant ?

 

Je suis fille de l’Océan ; de l’Océan Atlantique

Façonnée par ses vagues, conçue par ses marées

Éternellement dépendante de ce liquide amniotique

Je m’illumine dès qu’à ma vue, l’Atlantique parait

 

Je suis fille de l’Océan ; de l’Océan Atlantique

Il danse dans mes yeux, il creuse mes formes, il boucle mes cheveux

Loin de lui, poisson hors de l’eau, je m’agite et divague à petit feu

Mais patience, fille de l’Océan toujours retrouvera l’Atlantique !

 

Je suis fille de l’Océan ; de l’Océan Atlantique

L’Océan Atlantique…

 

atlantique2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *