Jésus, la fresque musicale : la bonne surprise

Aussi humblement que la personne qu’elle célèbre, le nouveau spectacle de Pascal Obispo fait son chemin et joue même les prolongations au Palais des Sports de Paris jusqu’au 31 décembre. J’étais là pour applaudir la troupe de Jésus, le 4 novembre dernier. Cette fresque musicale est une si bonne surprise en ce temps pourtant si peu religieux, qu’un article était la moindre des choses pour la plébisciter. Émotions, beauté, joie… « La Bonne Nouvelle », c’est définitivement Lui, Jésus !

 

Jésus, la fresque musicale : fidèle au récit biblique

Malgré quelques réaménagements scéniques nécessaires dans le cadre d’un spectacle populaire, le Jésus d’Obispo tient bien la route, de Nazareth à Jérusalem ! La simplicité des textes frôle le simpliste parfois, mais contribue à rendre l’Histoire accessible au plus grand nombre.

Le spectacle, des chansons à la mise en scène, se concentre sur l’Être Humain qu’était Jésus à l’époque de sa vie terrestre. Ses attitudes (consolateur avec Marie de Magdala, furieux avec les marchands du Temple, aimant avec Ses disciples…) et Ses actions (Son baptême, la Cène, le chemin de Croix…) sont mises en lumière avec brio, rendant cette « fresque » troublante de Vie et de Vérité.

La volonté affirmée des créateurs de choisir un artiste inconnu en France pour incarner Jésus, n’est d’ailleurs pas étrangère à l’émotion que provoque le spectacle.

Ajoutons à cela toutes les belles voix (je serais tentée d’écrire « angéliques ») des membres de la troupe, et l’on comprend mieux pourquoi le voyage historique en Terre Sainte s’opère aussi naturellement. L’auteure de ces lignes ayant déjà eu la chance (ou plutôt la grâce) d’aller en Terre Sainte, on ne doutera pas de son objectivité.

 

 

Jésus, la fresque musicale : un spectacle pour tous !

Que vous soyez agnostique, athée, juif ou bouddhiste, ce spectacle est pour vous ! Il ne vous invite pas à vous convertir (vous pouvez quand même le faire, rassurez-vous 😉 ) mais à ajuster votre angle de réflexion sur Jésus, en tant qu’homme. Je me permets d’ailleurs de rappeler qu’au sujet de l’existence terrestre de Jésus, même les scientifiques et les historiens s’accordent avec nous… A bon entendeur.

Oui, assister à ce spectacle avec un regard extérieur, en tant que simple curieux, fan d’Obispo, ou même réfractaire aux soutanes, est tout-à-fait possible, pour ne pas écrire recommandé !

En effet, il est urgent de rétablir la Vérité (à plus d’un titre) sur qui est Jésus, bien loin et même très opposé à l’esprit de croisade, de fioritures papales ou de mortifications sinistres malheureusement retenu par certains opposants à la question chrétienne. Tout cela pourquoi ? Parce qu’ils n’ont malheureusement pas eu affaire aux bons témoins au bon moment…

De beaux témoins, aptes à rétablir la véritable philosophie de Jésus, la fresque musicale portant Son nom n’en manque pas ! Et c’est ce qui, à mes yeux, la rend également si belle.

Bien sûr, si vous avez tout simplement envie de passer un agréable moment dans une salle parisienne (et bientôt provinciale) d’où vous ressortirez inévitablement heureux, cela constitue une raison amplement suffisante d’aller « voir Jésus ».

 

Jésus, la fresque musicale : côté chrétien

Lorsqu’on va voir ce spectacle en tant que croyant convaincu, la joie n’est que plus forte et authentique, bien sûr. Cela réchauffe le cœur de voir qu’il y a foule en 2017, malgré tous les actes laïcistes et christianophobes, pour aller applaudir une « fresque musicale » portant le nom de Jésus ! Mieux encore, cette fresque joue les prolongations, au vu de son succès ! La chanson phare du spectacle « La bonne nouvelle » ne pouvait pas être plus appropriée !

Pour la chrétienne que je suis, c’est une fierté d’admirer de loin et en très grand, cette belle affiche de « Jésus », comme un appel aux passants environnants… Au risque de me répéter, c’est d’autant plus une joie en ces temps où se proclamer chrétien relèverait presque d’un acte de bravoure… Par amour pour ce Jésus qui nous prouve tant le sien, jusque dans la beauté d’un spectacle le célébrant, c’est un acte que l’on accomplit bien volontiers, même (voire justement) si l’on doit risquer sa vie pour cela.

Joie de se rendre au Palais des Sports, joie à l’idée d’assister au spectacle, joie (et émotions) pendant ledit spectacle, joie décuplée en sortant de la salle… Aucun doute, autant de joie ne peut venir de personne d’autre que Lui, la Bonne Nouvelle incarnée !

 

En conclusion, et plutôt que de paraphraser l’essentiel de ce que j’ai déjà pu écrire plus haut, je vous laisse avec la vidéo ci-dessous : le clip de « La bonne nouvelle », chanson phare de « Jésus, la fresque musicale ». Elle exprime sans doute plus clairement que cet article, ô combien Bonne est cette Nouvelle née à Bethléem, élevée à Nazareth, accomplie à Jérusalem, et qui vit aujourd’hui et pour toujours dans le monde entier.

 

Si cela vous a convaincu d’aller voir le spectacle, c’est ici que ça se passe !