La laïcité, ou le concept qui n’existe plus

Encore un article qui traite de ce sujet polémique, me direz-vous. La laïcité est tellement scandée à tout va qu’elle a même son observatoire, elle pourrait s’ajouter au « liberté, égalité, fraternité » de notre chère France. Pourtant, en dépit de la fameuse loi de 1905, je pense que la laïcité n’existe plus. Explications, même si cela paraîtra évident à certains.

 

 

La laïcité, l’autre utopie politique

 

Deux mots rébarbatifs en un titre : laïcité et politique. Deux sujets tabous mais pourtant récurrents. Je ne suis, pour ma part, partisane d’aucun des deux, en tant que croyante de confession catholique et humaniste sans véritable parti d’appartenance.

Toutefois, je constate que les politiques font unanimement de cette fameuse laïcité, leur cheval de bataille. On entend, on lit tout et son contraire, parfois au sein d’un même parti. D’une manière générale, ils s’entendent sur le fait que la République est laïque, suite à cette fameuse séparation de l’Eglise et de l’Etat concrétisée par la loi de 1905. Jusque là, nous sommes tous d’accord. Moi aussi, vous ayant pourtant confessé mon appartenance religieuse, je pense que l’Eglise n’a absolument pas à se mêler aux affaires politiques. Elle peut cependant donner son avis en tant qu’institution religieuse suivie par des milliards de fidèles, en tout bien tout honneur, cela n’engage à rien, mais cela s’arrête là. Très bien.

Ainsi, chacun régnerait en maître sur son royaume de prédilection, la République pour l’Etat et la Spiritualité pour l’Eglise. Respect, cordialité voire sympathie, acceptation feraient partie des adjectifs caractérisant les rapports entre ces deux entités. Pour certains, ce n’est pas du conditionnel, la laïcité est donc parfaitement justifiée. Pour d’autres, très nombreux, qui redéfinissent, se réapproprient ou s’arrangent comme ils veulent de cette fameuse laïcité, je suis dans l’utopie pure, encore elle.

 

delacroix-republique-peuple

 

La laïcité, autrement dit la christianophobie

 

En effet, si l’on écoute plus longuement le discours de certaines personnalités au pouvoir, on bascule facilement dans un propos christianophobe. Ainsi, à en croire leur idéologie, la chrétienté est mère des pires maux qui s’abattent sur notre pays, et empêche les autres religions largement caractérisées par des origines ethniques, de s’intégrer. Cela explique que pour lutter contre le terrorisme islamiste, l’une des premières propositions soit d’interdire les crèches de Noël dans les mairies. Logique imparable. Sur la même lancée, il y a plusieurs mois, Madame le Maire de Paris trouvait parfaitement normal d’organiser une nuit du Ramadan à l’Hôtel de Ville, mais ne daigne pas en parallèle, souhaiter de joyeuses fêtes de Pâques aux chrétiens. Pourtant, on se contenterait d’un tweet et cela lui coûterait moins cher en événementiel. Mais non, rien. Le silence, pire le déni.

ramadan

 

Amen/Amin, Madame Hidalgo. Mais si je puis me permettre, le Christianisme ne fait-il pas également partie du patrimoine culturel français, et ce depuis bien plus longtemps que toutes les autres religions réunies ? Sans vous offenser, n’incluez-vous pas un petit peu ce qui vous arrange (ou arrange votre électorat) dans votre laïcité revisitée ? Le Ramadan n’est pas une fête laïque, puisque c’est une fête musulmane qui appartient à l’Islam… Je ne comprends donc pas la pertinence et la logique d’organiser un gala en son honneur au sein de votre QG, si vous prônez la laïcité de la République. Mais peut-être que quelque chose m’échappe ? Peut-être avez-vous l’intention sur le long terme, de supprimer des livres d’Histoire le baptême chrétien de Clovis, roi des Francs, et les couronnements royaux au sein de cathédrales ? Peut-être voulez-vous retirer du Louvre tous les tableaux de maître représentant des scènes issues des Evangiles ? Si oui, je crains que le Musée ne soit subitement bien vide… Pour aller plus loin mais si je suis toujours votre logique, prévoyez-vous de changer notre bon vieux calendrier en retirant ses saints, en changeant le nom de ses mois ? Vous serez donc à votre bureau le 25 décembre, le lundi de Pâques et le 15 août, puisque j’ose vous rappeler que ces jours fériés célèbrent avant tout une fête symbolique de la chrétienté, au-delà des cadeaux, des sapins, des chocolats, des cloches, des lapins et des feux d’artifice.

Pour pousser mon coup de gueule jusqu’au bout, j’invite donc tous les pro-laïcité-athées-mais-surtout-anti-chrétiens à se trouver une contrée qui n’aura jamais connu le christianisme, où il n’y aura ni fêtes, ni jours fériés, ni calendrier, ni œuvres d’art, ni monuments issus de la religion chrétienne. Je vous en remercie vivement et chaleureusement par avance. Si vous décidez malgré tout de rester en France, j’ai aussi une invitation pour vous : ne vous mêlez pas de sujets qui impliquent autant de données, de conditions et une logique qui vous dépassent totalement. Là encore, de tout mon cœur, merci.

 

 

La laïcité juste, c’est possible

 

Bien-sûr, puisqu’impossible n’est pas français. Et sans être professionnelle en la matière, j’ai quelques propositions toutes simples :

On maintient la soirée du Ramadan à la Mairie de Paris, mais on rajoute la soirée de Pâques, de Noël et la soirée de Hannoukah (car je n’ai pas parlé des Juifs, mais ils sont naturellement concernés, eux aussi) aux dates appropriées. Ainsi, les imams, les curés et les rabbins sont tous contents et aucun d’entre eux ne penche en faveur d’un quelconque intégrisme (je deviens un peu trop idéaliste, je vous l’accorde).

En d’autres termes plus généraux, soit on ne parle d’aucune religion, soit on accorde une place égale à toutes les religions. Sinon, on bascule dans ce que l’on appelle l’injustice.

On perpétue les traditions qui font partie intégrante de l’Histoire et des valeurs de la France (petit rappel : les origines de notre belle France sont chrétiennes) comme les crèches, les carillons des églises que l’on restaure si besoin, tout en accordant une place aux autres religions, et en échangeant avec elles.

Finalement, je n’invente rien puisque tout cela fonctionne ailleurs. Je pense aux Etats-Unis, au Canada, mais également en France d’Outre-mer, comme la Réunion qui porte à merveille son nom. Alors pourquoi pas ici, en France métropolitaine ?

 

Je finis sur une expression toute française : « à cœur vaillant, rien d’impossible ». Le mien est à nouveau vaillant, je ne suis plus énervée, et j’attends. Cela tombe bien : nous sommes en période de l’Avent, le moment d’attente dans la joie de l’Espérance par excellence. Mais ce que j’espère aussi, c’est que l’expression citée plus haut ne soit pas contrainte d’être échangée par « à l’impossible, nul n’est tenu ».

 

ob_e3f28b_laicite

 

Images : tableau d'Eugène Delacroix, "La Liberté guidant le peuple"
Illustration traitant de la laïcité idéale par Antonelli.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *